Mars 2014

Dimanche 16 mars 2014 - Grand Jeu à Postes sur la Plaine

Un GRAND JEU organisé sur la Plaine le dimanche 16 mars à 14h. Plusieurs activités ludiques seront organisées avec les jeunes autour des thèmes de la nature et la biodiversité.

 

Rendez-vous devant la cafetaria du Campus ULB, à coté des Forums.

 

Le jeu sera suivi d'un GOUTER à 17h.

 

Venez nombreux!

Des enfants jouent dans les espaces verts de la Plaine...

Photos de l'évènement du 16 mars 2014 sur la Plaine avec Jeunes Natuurlijk, GoodPlanet et le Comité Sauvez la Plaine. Les photos ont été prises par Valérie De Munter.

 

Avril 2014

Jeudi 24 avril, juste après les vacances de pâques, le conseil communal se réunit.

Venez nombreux pour une action symbolique devant les marches de la maison communale ?
Histoire de rappeler aux collèges des échevins et à Mme Gilson qu'on ne les oublie pas

La veille des élections régionales, tous les partis politiques, dont le PS et le MR proposent des projets pour la ville qui défendent plus d'espaces verts (MR) et la création de logements accessibles (PS). Venons leurs proposer d'être cohérent avec eux-même

Rdv 19h-19h30 à la maison communale, place Fernand Cocq

Toutes les infos ici :
https://www.facebook.com/events/717672888284376/?source=3&source_newsfeed_story_type=regular

Aout 2014

Tout s'accélère pour les espacers verts de la Plaine d'Ixelles: menacés par un grand projet immobilier, le deuxième des trois permis nécessaires au promoteur pour entamer la construction vient d'être délivré par la commune d'Ixelles. L'abattage des arbres pourrait donc commencer à tout moment !

 

Le comité "Sauver la Plaine", qui s'oppose au projet depuis des années, a donc introduit un recours au conseil d’État avec le concours d'un avocat spécialisé.

 

Néanmoins, cette démarche implique des frais importants et c'est pour cette raison que nous nous adressons à vous. La somme récoltée jusqu'à présent ne sera pas suffisante, nous avons encore besoin de votre aide !

 

Comment ?

 

-Soutenir notre initiative en effectuant un virement de minimum 5 Euros au compte Triodos : BE18 5230 8061 5765;

 

-Rejoindre le comité "Sauver la Plaine" : quelques forces supplémentaires pour nous soutenir seraient la bienvenue;

 

-Diffuser l'info au maximum !

 

 

Nous vous remercions pour votre soutien,

 

Le comité "Sauver la Plaine".

 

Pour nous contacter :

Olivier STRUELENS 0497 65 04 35

 

Julie DISTEXHE 0473 59 61 11

 

 

Octobre 2014

Notre position

Toutes les organisations naturalistes qui nous soutiennent, notamment Bruxelles Nature, sont des asbl APOLITIQUES et qui tiennent à toute leur indépendance.


Vous refusez toute construction sur la Plaine.

On nous a souvent reproché de faire du « protectionnisme », de refuser tout développement sur la Plaine. C’est faux. Nous comprenons que la Plaine doit évoluer, que la commune doit évoluer. Mais cette évolution doit se faire d’une manière cohérente avec les besoins des étudiants et des riverains ainsi qu'avec le contexte écologique de la zone.
La première phase du projet Universalis Park consiste en 3 immeubles de 7 étages totalisant 140 appartements, une crèche, deux commerces et un parking. Ces logements ne seront pas accessibles financièrement aux étudiants (ainsi qu’à une grande partie de la population). Nous ne nous opposons pas à tout projet sur le terrain, mais le projet d’Immobel est en totale inadéquation avec les besoins d’un campus universitaire, et vise en premier lieu les parties écologiquement les plus importantes.

 

Vous demandez l’abandon des projets immobiliers sans lien avec les activités de l’université sur la Plaine. C’est aller contre les droits d’Immobel, qui détient le terrain.

Un promoteur immobilier n’a pas un droit absolu de construire ce qu’il veut sur son terrain. Il a le droit de demander des permis pour le faire. Un jardin est une propriété privée mais un particulier ne peut pas construire dessus un immeuble de 30 étages si ça lui chante !
Posséder le terrain est un prérequis, ensuite le promoteur doit demander à la commune un permis d’urbanisme, que celle-ci évalue et est en droit de refuser si elle estime par exemple que le projet ne correspond pas aux besoins collectifs ou communaux. D’autant plus que la zone est classée « zone d’équipements d’intérêt collectif et de service public» au Plan Régional d’Affectation du Sol (PRAS). 2 permis de bâtir sur 3 ayant déjà été délivrés par la commune d’Ixelles, force est de constater que nous n’avons pas les mêmes définitions de ce qui relève de l’intérêt collectif.

 

Construire des logements, ça a pourtant l’air de constituer un intérêt collectif. Le problème de Bruxelles n'est pas tant son manque d'espaces verts que la crise du logement qui s’accroît de plus en plus.

Il est vrai qu’il y a une forte crise du logement à Bruxelles, et même à plus forte raison à Ixelles. Mais cette crise n’est pas du tout une crise de logements haut de gamme. Il y a un bien plus gros défaut de logements accessibles aux étudiants ou aux familles à revenus modérés. L’Échevine à l’Urbanisme et à l’Environnement, Nathalie Gilson, dit elle-même dans un communiqué qu’elle a obtenu que « le promoteur prenne un engagement global: réaliser 10% de logements moyens conventionnés ». Pour l'Echevine, « sachant que la classe moyenne continue à quitter la Région à cause du prix des logements et du manque d'espaces verts, un pas essentiel est ici franchi pour l'y faire revenir ou rester! ». Si ces logements moyens sont si importants, 10% constituent-ils réellement un pas essentiel ?

De plus, les espaces verts de Bruxelles sont loin de constituer les tous derniers endroits où l'on peut urbaniser à Bruxelles, comme on voudrait nous le faire croire. Friches désaffectées et immeubles inoccupés (les bureaux inoccupés à eux seuls constituent plus d'un million de m² à Bruxelles) sont encore nombreux dans la capitale.

 

La biodiversité de la Plaine ne me paraît pas si importante que ça. Il y a quelques arbres et étangs, mais rien de grandiose.

La Plaine n’est ni Madagascar ni la forêt de Soignes, et on ne l’a jamais prétendu. Mais on peut y noter, entre autres, plusieurs arbres remarquables, des orchidées sauvages, des renards, des chauves-souris, etc.

La zone (ou du moins une partie de celle-ci) a été classée au PRD (Plan Régional de Développement) comme zone de haute valeur biologique. Une autre partie a été classée notamment comme zone relais. Le gros de la biodiversité de Bruxelles se trouve en effet dans la forêt de Soignes, mais il est important de garder des espaces verts comme celui-ci, qui forment une série de zones relais qui regroupés forment ce qu’on appelle un maillage vert. Ces relais permettent aux espèces de se déplacer d’un endroit à l’autre.

En tant qu’espace vert conséquent, la Plaine offre également des services écosystémiques. L'abattage de 157 arbres, prévu dans la première phase du projet, aura des conséquences sur la qualité de l'air dans la zone Delta où s'engouffrent les polluants de l'autoroute et du boulevard du Triomphe. Des études scientifiques montrent que les arbres filtrent des polluants et l'air et régulent la température. La « bétonisation » d'une grande superficie aura pour conséquence d'accroître les pics de chaleur dans la zone Delta et d'augmenter le taux de polluants dégradant lourdement la qualité de l'air dans cette zone.

 

Enfin, nous tenons à souligner l’aspect récréatif de la zone. Bien qu’elle n’ait pas ce statut officiellement, la Plaine joue le rôle de parc public. Des riverains viennent y faire la fête, du sport, ou tout simplement promener leur chien dans un cadre vert. Cette composante est également à considérer dans l’analyse du projet.

 

N’est-il pas contradictoire d’insister autant sur la biodiversité à la Plaine si finalement vous êtes d’accord pour qu’on y construise, par exemple, des kots étudiants ou de logements sociaux à la place de logements de luxe ?

 

Notre opposition a toujours porté sur deux volets : le volet écologique et le volet social. Si on nous disait que le projet était déplacé sur le parking (zone écologiquement moins importante) mais que ça continue à être des logements haut de gamme, on continuerait à s’y opposer. Même chose si on construisait des kots étudiants sur le terrain prévu actuellement. Le meilleur des scénarios serait 100% de kots sur le parking. Là, on applaudirait !

 

Vous ne dites rien sur la construction prévue d’un nouveau bâtiment de Sciences Appliquées, qui menace pourtant également la biodiversité de la Plaine.

Plusieurs choses diffèrent. Le projet Universalis Park n’est pas un projet qui va bénéficier à la communauté universitaire. Le nouveau bâtiment de Sciences Appliquées est à destination des étudiants, et on comprend la nécessité de développer ce genre de projet. Le volet social est donc totalement différent.

En ce qui concerne le volet écologique, il est certain que nous n’allons pas applaudir quand les bulldozers arriveront. Mais encore une fois, nous comprenons la nécessité d’un tel bâtiment. Évidemment, ça aurait été mieux si l’ULB avait pu construire sur le parking côté Delta, ou sur la partie Horta, mais le terrain ne leur appartient plus désormais… Ça montre bien d'ailleurs à quel point la vente de la parcelle a amputé les possibilités de développement de l’ULB.

 

L’ULB n’aurait jamais dû vendre ces terrains, pour commencer.

L’ULB a en effet vendu ces terrains sans aucune clause, malgré les oppositions. C’était une erreur. Mais nous ne continuons pas à blâmer l’ULB pour les erreurs du passé. Il n’est d’ailleurs plus aujourd’hui un acteur actif dans le projet d’Immobel. Nos reproches se dirigent aujourd’hui plutôt vers la Commune d’Ixelles, qui a véritablement les clés en main pour s’opposer à ce projet et changer le cours des choses.
Notons également que si l’ULB a vendu ces terrains, c’était pour lutter contre les problèmes de sous-financement.
Il est alarmant de constater que peu de choses ont changé à ce niveau-là depuis 2006.

 

Immobel a organisé deux enquêtes publiques et il n’y a pas eu une énorme mobilisation. C’est signe que les riverains et les étudiants n’ont rien contre le projet.

Nous considérons que la Commune et le promoteur s’en sont tenus à des mesures publicitaires réduites par rapport à l’ampleur du projet. On parle tout de même à terme de 10 à 12 bâtiments sur une zone névralgique d’Ixelles. En fait, on a du faire le gros de la publicité nous-même, avec un comité qui était moins conséquent que ce qu’il est aujourd’hui.
Il est également à noter que les deux commissions de concertation sont tombées, comme par hasard, en période de blocus. Ça n’est pas la période la plus prompte à rassembler les étudiants.

Malgré ces problèmes plus de 100 personnes étaient présentes à chaque commission. Plus de 5000 signatures ont été récoltées en ligne, et 5000€ de fonds ont été levés. La mobilisation, elle est bien là. Et elle sera d’autant plus visible quand les tronçonneuses arriveront.

 

URGENT - 16 octobre 2014 - Interpellation au Conseil Communal d'Ixelles

 

Lors du Conseil du 16 octobre prochain, la Commune doit se prononcer pour donner ou non l'accord pour lancer le début des travaux qui détruiront les espaces verts de la Plaine!

 

Le Comité Sauver la Plaine va interpeller le Conseil ce jour-là. Nous devons nous mobiliser afin de montrer aux décideurs l'importance que constitue la Plaine pour les citoyens.

 

Rendez-vous devant la Maison Communale d'Ixelles (168 Chaussée d'Ixelles) le jeudi 16 octobre à 19h30 pour demander au Conseil Communal de ne pas approuver le projet Universalis Park.

 

Rejoignez-nous!

N'hésitez pas à nous contacter (telephone ci-dessous)

 

Octobre 2014 - Des images du front

Des images du front, prises à partir du 21 octobre 2014, date du lancement des travaux d'abattage des arbres pour le projet immobilier Universalis Park, d'Immobel (CIB) sur le campus de la Plaine (ULB, Ixelles, Bruxelles). Aussi le jour du lancement de la mobilisation pour résister et protéger nos espaces. Photos prises par plusieurs citoyens, sur le site de la Plaine, à proximité du métro Delta, accès 4 (ULB) et lors de l'interpellation au Parlement bruxellois le 24 octobre 2014. Merci à tous!


Source: Hugo
Source: Hugo

Octobre 2014 - Des nouvelles du front

URGENCE - Destruction des espaces verts

 

Suite au lancement des travaux d'abattage sur la Plaine, les citoyens, étudiants, riverains se mobilisent...

Voir les événements de novembre 2014.

 

Vendredi 24 Octobre 2014 - 13h15 - Rendez-vous au Parlement bruxellois 

 

Rendez-vous devant le Parlement bruxellois afin de demander à la Région de se positionner sur le dossier. Venez nous soutenir pour cette interpellation. (69, rue du Lombard, 1000 Bruxelles)

24 octobre 2014 - Compte-rendu de l'interpellation du Comité Sauver la Plaine au Parlement bruxellois, Le rapport de deux résistants sur le champ de bataille:

 

Cyril Thiémard:

Une centaine de citoyen(ne)s se sont présentés devant le Parlement Bruxellois mais celui-ci ne laissera entrer que 8 personnes, alors qu'il s'agit d'une séance publique et que 60 places sont réservées à cet effet.

 

Tibor van Cutsem:

Résumé de l'action au parlement bruxellois : Des députées de Ecolo, CDH et PTB ont posé une question d'actualité au gouvernement bruxellois pour qu'il se positionne sur la question de la Plaine. La réponse de Rudi Vervoort, ministre-président de la région, nous paraît claire : Les intérêts d'Immobel priment, et ça lui semble normal. Comme la Commune monsieur Vervoort se retranche derrière une position légaliste, pourtant pleine de contradictions. Le droit prime quand ça l'arrange...


Tout ce qui l'importe est que les droits du promoteur soient respectés, et visiblement peu lui importent les arguments de fond apportés, notamment par Écolo qui a pourtant bien souligné l'intérêt stratégique de cette zone dans la région.

 

Les pouvoirs publics démissionnent sans rougir de leur mission qui consiste à agir dans l'intérêt de tous et en fonction des spécificités du dossier. La Région a les cartes en main pour décider quelle ville elle veut pour demain, et elle laisse de tels projets suivre leur cours sans broncher.

 

Le Comité Sauver la Plaine est encore plus déterminé à pousser le débat plus loin, pour révéler aux gens l'absurdité du projet Universalis Park et trouver une solution citoyenne. Le comité sera présent dimanche au marché Place Flagey pour faire connaître ce projet et notre combat aux riverains ixellois. Si des gens sont motivés contactez Tibor (0483 51 98 60 / tibor.vancutsem@gmail.com)

 

par Tibor van Cutsem

 

Le projet Universalis Park d’Immobel est le récit d’un non-sens écologique et social. Mais c’est aussi le récit d’un abandon progressif de la mission des pouvoirs publics. Cet abandon s’est une fois de plus manifesté hier (vendredi 24 octobre) à travers le discours de Rudi Vervoort au parlement bruxellois.

 

Aujourd’hui 200 000 personnes ne peuvent pas se loger de manière décente et abordable dans Bruxelles[1]. Le besoin en logements sociaux et en kots étudiants explose depuis plusieurs années dans la capitale. Pourtant, ni Mme Gilson, Échevine à l’urbanisme et à l’environnement de la Commune d’Ixelles, ni Mr Vervoort, ministre-président de la région bruxelloise, ne semblent voir un problème dans le projet d’Immobel de construire des logements haut de gamme sur le plus grand espace vert d’Ixelles, à savoir la Plaine. L’un comme l’autre se retranchent derrière une position purement légaliste, où le droit au logement et le droit à un environnement de vie sain semblent s’effacer devant les droits de propriété d’un promoteur privé.

 

Les pouvoirs publics ont pourtant toutes les cartes en main. Au vu de la valeur écologique du site et de son affectation en tant que « zone d’équipement d’intérêts collectifs », la Commune comme la Région seraient en droit de demander une révision du dossier ainsi qu’une étude globale de l’incidence du projet sur la zone. J’ai donc été surpris d’entendre la réponse de Mr Vervoort à la question d’actualité posée hier par Julie de Groote (CDH), Céline Delforge (Ecolo) et Mathilde El Bakri (PTB) au parlement bruxellois. Le gouvernement bruxellois avait pourtant dans sa Déclaration de Politique Gouvernementale insisté sur son ambition de repenser la ville. Un discours à l’opposé de celui que Mr Vervoort a tenu, où il ne tient compte que des droits d’Immobel de construire sur son terrain. C’est à se demander à quoi servent finalement les permis d’urbanisme si les spécificités du site et les besoins de la population ne sont pas pris en compte dans l’analyse d'un projet.

 

Je suis choqué, en tant que membre du comité « Sauver la Plaine », qui se bat contre ce projet absurde depuis plusieurs années, mais aussi et surtout en tant que citoyen. Choqué de voir les pouvoirs publics démissionner de leur mission qui est d’agir dans l’intérêt de tous. Choqué de constater que dans une démocratie où les séances parlementaires sont censées être publiques, on n’autorise que 5 personnes d’un rassemblement qui en comptait une centaine à assister à cette séance. Des étudiants et des riverains qui avaient pourtant fait le déplacement dans le but d’assister à la séance et d’entendre la réponse du gouvernement régional aux questions importantes que soulève le projet Universalis Park. Car ce projet est symptomatique d’un problème plus large, qui est de savoir dans quelle ville nous voulons vivre demain.

 

Malgré la réponse de Mr Vervoort, les autres membres du comité et moi ne comptons pas baisser les bras. Nous continuerons à montrer notre opposition par diverses méthodes, notamment en faisant découvrir notre combat à un plus grand nombre de riverains et en comptant sur le soutien entre autres du CDH, d’Ecolo et du PTB. Nous continuerons à revendiquer une politique d’aménagement du territoire plus durable et plus ambitieuse. Il est grand temps de remettre le citoyen au centre de ces problématiques et d’écouter ce qu’il a à apporter.

 

Tibor Van Cutsem, membre du comité « Sauver la Plaine » et étudiant en BA3 de biologie à l’ULB

 

 

[1] Mémorandum associatif pour le droit au logement 2014-2019

 

 

Mardi 21 octobre 2014 - Les travaux sont lancés sur la Plaine

 

Le 21 octobre 2014 en matinée, les travaux d'abattage des arbres de la Plaine (Ixelles ULB) pour la phase 1 du projet Universalis Park d'Immobel (Compagnie Immobilière de Belgique) ont été lancés (vers accès 4 du campus de la Plaine, metro Delta) en matinée malgré la présence de citoyens, dont une douzaine d'étudiants attachés aux arbres et malgré les pluies diluviennes et les vents à 50 km/h, le tout dans l'absence d'un chargé de sécurité pour le chantier. La mobilisation a bloqué le chantier pour les trois jours qui ont suivi

Venez nous rejoindre sur place pour résister svp

16 octobre 2014 - Interpellation au Conseil Communal d'Ixelles

 

Lors du Conseil du 16 octobre 2014, le Comité Sauver la Plaine a interpellé le Conseil communal à propos du dossier de la Plaine (Ixelles ULB) et de sa décision pour donner ou non l'accord de début des travaux du projet Universalis Park d'Immobel (Compagnie Immobilière de Belgique) qui détruira les espaces verts de la Plaine.

 

Merci à tous pour votre soutien. Grâce à vous nous avons pu envoyer un message citoyen vibrant à nos élus pour leur rappeler que les décisions d'aménagement qu'ils prennent nous concernent tous, puisqu'il s'agit de notre ville aussi

 

le Comité Sauver la Plaine.

Découvrez l'argumentaire du comité Sauver La Plaine face à celui de Nathalie Gilson, échevine de l'urbanisme et de l'environnement à Ixelles. Une interpellation expliquer au collège communal ce que l'opinion publique pense du projet Universalis Park. Ce projet c'est la mise à mort du plus grand espace vert d'Ixelles... Mais les travaux ont quand même été lancés le 21 qui a suivi...

Novembre 2014

Voir les événements précédents, avec notamment le lancement des travaux d'abattage sur la Plaine le 21 octobre 2014, et la mobilisation qui a suivi.

Immobel accuse le comité Sauver La Plaine

de menaces verbales et jets de pavés

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Réaction du comité « Sauver La Plaine » à la requête unilatérale

lancée par Immobel.

 

Hier midi (mercredi 19 novembre 2014), le comité Sauver La Plaine a appris qu’Immobel avait lancé une requête unilatérale contre les occupants de la plaine. Dans cette ordonnance du tribunal, le comité Sauver La Plaine est entre autres accusé de « menaces verbales, jets de pavés » et autres. Ce qui est totalement faux et même étonnant, étant donné qu’il n’y a aucun pavé sur le terrain. De plus d’après l’auteur du rapport du 10 novembre, je cite « nous frôlions l’émeute ». Il s’agit ici de criminaliser le comité, qui est toujours resté totalement pacifique (contrairement aux services de sécurité d’Immobel, par contre). Après nous avoir fait passer pour une bande de Hippies, Immobel tente de nous faire passer pour des criminels. L’ordonnance annonce également des astreintes si le comité n’arrête pas l’occupation. Une fois de plus, nous pouvons voir qu’une très grande entreprise privée qui a des moyens attaque le comité par l’aspect financier. Le plus riche gagnera ? 

 

Par ailleurs, cette procédure est pour le moins curieuse. En effet, la requête unilatérale est une procédure qui est lancée lorsque l’accusé est inconnu. Or Immobel s’est permis de cibler quatre personnes. Dans cette ordonnance, il est clairement précisé que « […] il n’est donc pas exact de prétendre que les adversaires potentiels de la requérantes sont tous inconnus ». Or, comme mentionné dans cette ordonnance, « le principal argument de la requérante [pour lancer cette requête] est donc l’impossibilité d’identifier les occupants du chantier », et il est donc précisé par la suite que cette requête n’est que partiellement fondée. 

 

Nous continuerons notre combat :  Malgré cette tentative de déstabilisation du mouvement et de décrédibilisation auprès des citoyens, le comité Sauver La Plaine continuera le combat. Il organisera d'ailleurs une action symbolique à 20h lors du conseil communal d’Ixelles. Le but étant de de montrer aux autorités que nous sommes toujours présents et déterminés et que nous attendons toujours à la fois un positionnement officiel de leur part et à la fois qu’ils prennent en main leur rôle de représentant citoyen et, de ce fait, défendent leurs besoins et intérêts, et pas ceux d’une entreprise privée. 

 

Ce combat contre la destruction du plus grand espace vert d’Ixelles afin d’y construire des logements de luxe s’inscrit dans un débat de société plus large qui est celui du droit à la ville.

Allons-nous laisser des entreprises privées décider de l’aménagement de notre ville ? 

 

De plus, le comité Sauver La Plaine appelle à une grande mobilisation au départ de la maison communale d’Ixelles le samedi 29 novembre à 13h30.


17 novembre 2014 - Marche étudiante

14h30 - Place Stéphanie

 

En parallèle, une marche étudiante est organisée par la FEF (Fédération des Etudiants Francophones), STB (Studenten Troef Brussles), QRPJ (Qualité et Réinvestissement Public de la Jeunesse) et la VVS (Vlaamse Vereniging van Studenten) afin de demander entre autres un refinancement public de l'enseignement.

Le combat actuel à la Plaine est intrinsèquement lié aux problèmes de financement de l'enseignement supérieur et de la jeunesse en général. L'ULB a vendu 8 hectares de la Plaine au promoteur privé Immobel afin de pallier au sous-financement chronique auquel l'université fait face depuis plusieurs années. Le comité Sauver la Plaine soutient donc la marche étudiante organisée ce 17 novembre et vous invite donc à venir former à la manifestation un bloc "Sauver la Plaine".

RDV à  la place Stéphanie à 14h30,

ou RDV à 13h au campus du SOLBOSH ULB en face des Presses Universitaires (PUB) pour partir ensemble à la place Stéphanie.

Plus d'informations sur la marche : https://www.facebook.com/events/290105617865397/

 

Séance d'information


Mercredi 26 novembre - 18h

Bâtiment H, 1er étage, local 301, Campus du SOLBOSCH ULB


Le comité "Sauver la Plaine" organise ce mercredi 26 novembre une séance d'information sur les nouvelles actualités ainsi que les perspectives envisagées.
Pour rappel, nous nous battons depuis plus de 2 ans contre le projet de construction de logements de luxe sur les espaces verts de la Plaine à Ixelles. Depuis plus d'un mois, nous bloquons les travaux.

Immobel a réussi récemment à nous mettre sous la pression d'astreintes si nous continuions l'occupation du chantier. Ils nous imputent la responsabilité de divers délits (menaces verbales, jets de pavés, injures, tentative d'émeute). Nous réfutons toutes ces accusations qui sont absolument infondées. Le comité a toujours eu comme mot d'ordre de rester pacifique.

Lors de cette séance d'information, nous reviendrons sur l'historique du dossier, nos arguments et revendications, ainsi que sur nos perspectives.
Venez poser toutes vos questions, nous présenter toutes vos remarques, nous y répondrons avec plaisir !

URGENCE - Destruction des espaces verts

 

Ce 27 novembre 2014, la Compagnie Immobilière de Belgique, alias Immobel, déloge de force les citoyens et étudiants qui occupaient le chantier pour protester contre la destruction des espaces verts du Campus de la Plaine (Université Libre de Bruxelles, ULB, Ixelles, Bruxelles, Belgique) et à les faire payer des astreintes (moyen de contrainte qui consiste à condamner une personne à payer une somme d'argent par période de retard dans l'exécution d'une obligation résultant d'une décision de justice, Larousse) astronomiques, soit un montant de 17000 euros pour une vingtaine de personnes.

 

Manifestation pour sauver la Plaine

 

Samedi 29 novembre 2014 - 13h30 -

Départ devant la maison communale d'Ixelles

 

[NL] De manifestatie van woensdag 5 november was een enorm succes! Bedankt aan iedereen voor de grote opkomst! Het comité "Sauver la Plaine" heeft op de Algemene Vergadering beslist om zaterdag 29 november een nieuwe betoging op poten te zetten om ons te verzetten tegen het project van het Belgisch vastgoedbedrijf "Immobel".

Politiekers zouden hun beslissingen niet moeten laten beïnvloeden door de dictatuur van het geld en van de privésector. Integendeel, zij moeten luisteren naar de bevolking (studenten, de bewoners, personeel van de ULB en de Europese school,..). Deze bevolking verzet zich hevig tegen de afbraak van deze groene zone en laat van zich horen!

Afspraak om 13u30 op het Fernand Cocq plein, voor het gemeentehuis van Elsene.
Laten we een duidelijk signaal geven dat we het hier niet mee eens zijn. Kom talrijk en wees vastberaden! Tot zaterdag !
___________________________________________________

[FR] Suite à l'énorme succès de la mobilisation du mercredi 5 novembre, le comité Sauver la Plaine et ses soutiens organisent une nouvelle manifestation ce samedi 29 novembre pour s'opposer au projet de la société immobilière de construction de logements de luxe sur les espaces verts de la Plaine (Ixelles, Bruxelles, Belgique, ULB)

 

Nous avons encore toutes les chances de gagner le recours en annulation contre Universalis Park au Conseil d’Etat.  Immobel n'est pas au dessus des lois et se doit de donner les vraies réponses aux questions et arguments des citoyens. Les bruxellois refusent que les espaces verts, si rares en ville, soient détruits systématiquement. Ils ont besoin de logements sociaux et de kots accessibles à tous, non pas de logements de luxe!

 

Le projet qu’Universalis Park propose n’est qu’une nouvelle forme de « bruxellisation » de notre ville :

- Il ne répond pas aux besoins actuels en matière d’urbanisme ;

- Il ne respecte pas le « principe de précaution » : les projets immobiliers vont détruire un élément majeur du maillage vert bruxellois ;

- Il a échappé à une étude d’incidences en bonne et due forme qui aurait montré des impacts néfastes de la phase 1, et surtout du projet global.

 

Tout ceci ne révèle-t-il pas un étrange déséquilibre dans la concertation et pose la question de savoir  Qui décide, Quoi et Comment ?

Oublie-t-on le bon aménagement des lieux et la présence nécessaire de la nature en ville?

 

Nous appelons les autorités régionales et communales à prendre le recul nécessaire à la prise en considération des ensembles concernés de La Plaine (ULB) en faisant ré-analyser le projet d’Universalis Park, avec suspension des travaux jusqu'à ce qu'une décision concertée soit prise. Les pouvoirs publics devraient écouter les revendications des citoyens et cesser de s'effacer derrière les pressions des intérêts privés.

 

Ce samedi 29 novembre 2014, à 13h30 à la Place Fernand Cocq à Ixelles, nous manifesterons encore une fois, et ce, jusqu'à ce que la commune d’Ixelles et la Région nous écoutent et redéfinissent en profondeur ce projet absurde, tant sur le plan environnemental que social !

 

Soyons nombreux et déterminés ! À samedi !