Mai 2013

Tract pour la Plaine, version 2013
Tract pour la Plaine, version 2013
Tract pour Sauver la Plaine Mai 2013
Tract2013net.pdf
Document Adobe Acrobat 985.0 KB

Deuxième avis d'enquête publique pour Universalis Park

Les petites affiches rouges signalant un avis d'enquête publique sont réapparues (avril 2013) le long du boulevard du Triomphe (comment lire un avis d'enquête publique). Le projet immobilier d'Immobel a un peu changé par rapport à l'année dernière.

 

Messieurs de Montjoye et Mazy ont déposé des demandes pour deux permis d'urbanisme et d'environnement. 

 

-Le premier permis visant à la construction de 3 immeubles totalisant 140 logements (non étudiants, ni logements sociaux), une crèche, deux commerces, un parking souterrain à deux niveaux totalisant 146 places.

-Le deuxième visant à la construction de voiries carrossables et piétonnes, trois bassins d'orage d'une capacité de 150 m3, et à l'abattage de 157 arbres.

 

Le terrain sur lequel les permis d'urbanisme sont demandés est toujours considéré comme "Zone d'équipements d'intérêts collectifs ou de service public".

 

Nous vous invitons donc une deuxième fois à une mobilisation afin de faire savoir votre désaccord aux responsables communaux d'Ixelles.

 

Nous désirons garder un espace vert à cet endroit et faire de la Plaine un espace vert public accessible à tous.


Aidez-nous à protéger la Plaine et réagissez lors de l'enquête publique qui a lieu actuellement du 17 au 31 mai 2013 en envoyant une lettre/mail à la commune d'Ixelles.

Vendredi 24 mai 2013, 17h30

Tract pour le Pic-Nic d'information
Tract pour le Pic-Nic d'information

Participez à l'événement que nous organisons le vendredi 24 mai sur le Campus de la Plaine. Nous y présenterons le projet immobilier de logements privés ainsi que ses conséquences, et nous imaginerons avec les personnes présentes un projet alternatif à celui proposé par les promoteurs immobiliers.

 

Pic-nic (Pique-nique), musiques, ballades, débats, échanges... au programme de cette soirée conviviale.

 

Pour nous retrouver:

-ligne du bus 71, descendre à l'arrêt "Fraiteur" ou au Terminus "Delta";

-ligne de métro 1, descendre à l'arrêt "Delta" et prendre la sortie ULB;

-> Suivre le fléchage vers le pic-nic.

 

Nous sommes à votre disposition pour toute information, suggestion, discussion par mail ou par téléphone:

-Sarah Goethals (sagoetha@ulb.ac.be, 0498 29 30 64),

-Quentin Struelens (quentin.struelens@gmail.com, 0498 61 80 07),

-Hari Verlaet (hari.verlaet@gmail.com, 0496 45 06 51).

Urgent : Dernière semaine pour réagir face au projet Universalis Park

Comment réagir?

Deux possibilités s'offrent aux citoyens pour s'opposer à ce projet.

 

-Ils peuvent envoyer une lettre de contestation (dite 'Réclamation' en langage communale) à la commune durant la durée de l'enquête publique (du 17 au 31 mai 2013).

 

-Ils peuvent demander, via cette même lettre de contestation, demander de prendre la parole lors de la réunion de la Commission de Concertation (Mercredi 19 juin 2013).

1 - Lettre de contestation

'Réclamations'

 

Pour réagir et s'opposer à la construction de cette portion de la Plaine, nous vous demandons d'envoyer une lettre signalant votre désaccord à l'adresse suivante:

 

Collège des Bourgmestres et Echevins

Commune d’Ixelles
168, chaussée d’Ixelles – 1050 BRUXELLES

 

Si vous êtes dans l'impossibilité d'envoyer une lettre par la poste, on vous propose d'envoyer votre lettre aux adresses mails suivantes:

  urbanisme@ixelles.be

  urbanisme@auderghem.be

 

Attention, l'enquête publique se termine le 31 mai 2013, il est donc important de ne pas envoyer sa lettre après le 31 mai.

 

Le modèle de lettre suivant devrait vous aider pour la rédaction de votre lettre de contestation à la commune. Surtout n'hésitez pas à personnaliser votre lettre et à citer vos propres arguments contre la destruction du site (ex: espaces verts, bien être,...). Vous êtes libres de complètement modifier cette lettre. Le fait que chacun exprime différentes idées est enrichissant, cela nous permet de diversifier nos arguments.

 

Signalons également qu'une lettre de contestation a bien plus de valeur qu'une signature sur une pétition. Nous vous invitons donc très fortement à envoyer cette lettre.

 

2 - Assister à la Commission de Concertation

 

Il est extrêmement important de se présenter à la Commission de concertation puisque c'est à ce moment que les responsables communaux prennent leur décision en ce qui concerne le projet de construction. Les gens qui sont en désaccord doivent donc se manifester pour faire valoir leur point de vue.

 

Pas besoin de signaler votre présence à cette réunion. Par contre, vous devez signaler votre présence si vous comptez prendre la parole. La demande de prise de parole se fait simplement en cochant la case au bas de la lettre de contestation ('souhaite être entendu par la Commission').

 

Prendre la parole n'implique pas un grand effort de votre part, il ne s'agit pas d'une cours d'assise. Le citoyen présente seulement la raison pour laquelle il pense que ces espaces verts ne doivent pas être détruits.

 

Venez soutenir la Plaine s'il vous plaît!

 

Modèle de lettre

Modèle de lettre de contestation 2013 Universalis Park
Modèle_lettre_construction.doc
Document Microsoft Word 28.0 KB
Modèle de lettre de contestation 2013 pour Universalis Park
lettre_contestation2013fin.doc
Document Microsoft Word 51.0 KB

Ici, un modèle de lettre à adresser à la commune d'Ixelles avant le 31 mai 2013:

 

Commune d'IXELLES                                                       urbanisme@ixelles.be

168, Chaussée d'Ixelles - 1050 BRUXELLES                                           environnement@ixelles.be

 

Dossier soumis à l'enquête :                                    XL 2012/496

 

Adresse du bien: Boulevard du Triomphe (Universalis park)

 

Objet: Deux demandes de certificat/permis d'environnement et d'urbanisme pour un projet mixte introduites par Universalis Park s.a. (Messieurs DE MONTJOYE et MAZY) pour:

 

-la construction de trois immeubles de six étages (140 logements), d’une crèche, deux commerces et d’un parking couvert de 146 emplacements,

 

-construction de voiries carrossables et piétonnes, trois bassins d'orage d'une capacité de 150 m3, et de l'abattage de 157 arbres.

 

Enquête publique: du 17/05/2013 au 31/05/13

 

Observations ou réclamations:

 

            A l'attention du Collège des Bourgmestres et Echevins d’Ixelles, et de Monsieur le Bourgmestre Willy Decourty. Par la présente, je souhaite vous informer de mon opposition à la destruction de la zone verte située sur le campus de la Plaine, derrière la caserne des pompiers. Je tiens à porter à votre connaissance les observations, réclamations et contestations suivantes:

 

Intégration au tissu urbain existant

 

Si les constructions qui font l'objets de la demande de permis (phase 1 du projet) ne semblent pas être nécessairement d’un gabarit trop imposant, elles s’inscrivent dans un contexte général (phases suivantes) qui doit être prise en compte avec, notamment, une tour de bureaux de 35 étages (cf. Master Plan) qui ne s’accorde pas avec le cadre urbain environnant. Le gabarit général du complexe est très imposant en comparaison avec les immeubles voisins tels que caserne des pompiers, les logements étudiants Irena, l'Ecole Européenne, ou l'immeuble Triumph Gardens pour ne citer que les plus visibles depuis le boulevard du Triomphe.

Rappelons ici l'importance locale de la Plaine qui représente un patrimoine historique et environnemental commun aux trois communes (Ixelles, Etterbeek, Auderghem). Le site mérite d'être préservé puisqu'il est né à des fins d'entraînements militaires au sein de l'ancien quartier des casernes et s'inscrit donc directement dans la mémoire bruxelloise.

 

Parking

 

Le projet prévoit 140 logements et « seulement » 146 emplacements de parkings. Tout en soulignant que le quartier est bien desservi par les transports en commun (métro, bus, tram, gares d’Etterbeek et de Delta), il est illusoire d’espérer que les futurs habitants (d’appartements 2 et 3 chambres pour 74% du projet objet de la demande de permis) se contenteront d’une seule voiture.

En termes d’aménagement des lieux, la question du parking doit en outre être mise en rapport avec les phases suivantes du projet et les autres projets en cours de développements ou à venir. Chaque projet, et l’Universalis Park ne fait pas exception à cet égard, est conçu comme une île isolée de tout environnement : en terme de parking, aucune approche concertée n’est mise en œuvre et personne ne considère les effets cumulés de ces différents projets.

Ainsi, la présence future du CHIREC en face du complexe aura également pour effet de mettre sous pression les rues avoisinantes. Un représentant de l’ULB a également confirmé pendant les séances d’informations (avril 2012) que la construction du bâtiment des sciences appliquées imposera de reconsidérer totalement les offres de parking sur le campus. D’où la crainte des riverains que leurs rues, déjà saturées en matière de parking, seront prises d’assaut et qu’ils auront encore plus de mal à se garer.

 

Mobilité

 

Le projet causera également de nombreuses incidences négatives sur le quartier, surtout au niveau de la mobilité, avec une nette augmentation de l’affluence automobile qui est déjà importante aujourd'hui. Aux heures de pointe, la situation est assez chaotique et les axes saturés. Sans oublier que ces embouteillages génèrent des pics de pollution dommageables pour la santé publique.

Le plan de mobilité est basé sur un ensemble d’hypothèses et de présomptions qui défient le bon sens élémentaire :

-          selon le demandeur, ce ne seront que 1,3 personnes par 100 m² pour les logements ;

-          en ce qui concerne les habitants, seuls 70% seront des adultes actifs et 50% d’entre eux utiliseront leur voiture le matin.

 

Par ailleurs, le bon aménagement des lieux ne permet pas d’envisager d’accroître davantage l’affluence d’automobiles dans le quartier. Le plan de mobilité établi par le demandeur se limite à son propre îlot, et ne prend pas en compte le calcul de trafic automobile lié aux développements sur le campus tels que l’extension de la résidence pour étudiants Irena (projet Eckelmans) ou le CHIREC…

 

Mixité

 

Le projet Universalis Park est complètement non-étudiant alors qu'il est situé en plein sur un campus universitaire. Des conflits d'utilisation du site risquent d'émerger à cause des importantes disparités entre, d'une part les populations estudiantines, et d'autre part les futurs habitants qui recherchent tranquillité dans ces logements de haut 'standing'.

En outre, la suppression projetée par le demandeur du seul site disponible pour les activités liées au folklore estudiantin n’est nullement prise en compte : en l’absence d’alternative, les étudiants n’auront d’autre choix que de se répandre dans les quartiers résidentiels nouveaux ou existants engendrant un lot de nuisances et de conflits de voisinage.

Le projet vise soi-disant à assurer une intégration des diverses communautés intéressées, directement ou indirectement, par le site de la Plaine. Force est de constater qu’aucune vision globale n’est mise en œuvre mais que les projets « se spécialisent » autour de leur ghetto respectif sans mixité ou simple interaction : la communauté académique sur le bas du campus, des bureaux sur le boulevard de la Plaine, un petit « Louvain-la-Neuve » sur le bas-côté du boulevard du Triomphe, des logements se refermant sur leur intérieur d’îlot et un pôle hospitalier à l’autre extrême… Comment un tissu social pourrait-il se mettre en place dans de telles conditions ? Demain, ce ne seront que des conflits de voisinage qui pourront résulter de l’absence aujourd’hui de prise en due considération d’intérêts divergents voire opposés.

 

Nature

 

Ce projet met en péril la biodiversité animale et végétale de la région Bruxelles-Capitale en détruisant et morcelant la plus grande étendue verte de la commune d’Ixelles et en ignorant complètement sa fonction écologique. Le patrimoine naturel du site est complètement dédaigné une fois de plus et les études appropriées non pas été réalisées pour estimer sérieusement sa haute valeur biologique. Pourtant, selon une évaluation qualitative prenant en considération la faune, qui a été réalisée par l'INBO (Instituut voor Natuur- en Bosonderzoek), et reconnue par l'IBGE, la zone concernée par le projet est une 'Zone Verte à Haute Valeur Biologique'.

Les espaces verts de la Plaine forment un élément clé du maillage vert bruxellois. Ils jouent le rôle de corridors écologiques pour les espèces animales en leur permettant de relier différents espaces verts pouvant leur servir d’habitat. Leur destruction compromet la survie de ces espèces au sein de notre environnement urbain.

Les espaces verts de la Plaine servent également de refuge pour la biodiversité et constituent la zone verte qui présente la plus haute valeur biologique au niveau ixellois en termes de diversité d’espèces indigènes. La plupart des boisements sont spontanés et donc formés d'espèces indigènes. Peu de bois de type existent à Bruxelles. Cette notion d'indigénat est d’autant plus importante que les espèces animales et végétales indigènes sont actuellement mises à mal dans la capitale puisque la plupart des aménagements urbains plantent des espèces ornementales, qui sont le plus souvent exotiques.

L'abattage de 157 arbres peut être considéré comme une perte du patrimoine naturel bruxellois. Même s’ils ne sont pas classés, ces arbres sont un héritage commun. Il appartient à tous, et en particulier à nos autorités, de les préserver pour les générations futures.

Notons également la présence de deux arbres remarquables répertoriés par la Direction des Monuments et des Sites de la Région de Bruxelles-Capitale (Alnus cordata, Populus canescens) qui ne peuvent en aucun être déplacés sans compromettre leur survie à long terme.

Plusieurs espèces de mammifères ont été observées sur cette zone. Il s’agit du Renard roux, du Lapin de Garenne, de l’Hérisson, de la Fouine (Martes foina : liste rouge « vulnérable »), de la Taupe d’Europe, de l’Ecureuil roux et de plusieurs espèces de chauves-souris dont la Sérotine commune (Liste rouge « vulnérable ») qui sont censées être protégées par la l'Ordonnance relative à la conservation de la Nature en Région Bruxelles-Capitale de mars 2012.

Ces espaces verts, en grande partie boisés, remplissent également une fonction de poumon vert puisque les nombreux arbres permettent le maintien d’une bonne qualité de l’air, cruciale vu sa position à proximité d'un trafic routier très important qui alimente en partie la sortie vers l’E411. L'effet tampon bénéfique procuré par les arbres sur la régulation de la température, en comparaison aux surfaces bétonnées et imperméabilisées, n'est plus à prouver. La qualité de vie des habitants de Bruxelles risque de régresser fortement si cette véritable muraille verte est détruite.

L’intérêt paysager du site est extrêmement intéressant puisque, de par leurs talus et leur organisation, les espaces verts de la Plaine constituent un chef-d’œuvre en termes de mélange entre parc urbain et espaces semi-naturels, et dans lequel une belle place est laissée tant bien à la Nature qu’aux utilisateurs du site.

Le projet déclare vouloir préserver deux hectares de parc qui sont accessibles au public. Le rapport d'incidences fait même mention d'un 'cadre bucolique'. Nous saluons cette initiative mais cependant nous contestons fortement le choix du lieu pour la création de cet espace vert public. En effet, cette zone est biologiquement peu intéressante et est située où la biodiversité est la plus faible puisqu'il s'agit actuellement du parking (accessible par l'entrée 4 de la Plaine). Hormis les arbres qui bordent le parking, on retrouve deux espèces invasives exotiques (Berce du Caucase et Renouée du Japon). Il est aberrant que le projet n'envisage nullement de conserver les autres zones qui sont extrêmement riches en biodiversité, notamment la zone du potager, ainsi que tous les talus et les boisements qui forment une véritable ceinture autour de la Plaine.

 

Chantier

 

Durant toute la durée du chantier, prévue à 2 ans, le parking situé à l'accès 4 de la Plaine sera inutilisable. Ceci risque de fortement troubler de nombreuses personnes. De plus, le chantier étant situé à proximité de la salle d'étude de Campus de la Plaine et jouxtant le Foyer Culturel de la Plaine, l'étude de centaines d'étudiants va être totalement perturbée. Certains n'ont pas d'autres choix que la salle d'étude pour préparer leurs examens. Ce dernier point démontre une méconnaissance du terrain de la part des instigateurs du projet.


Ampleur du projet

 

Je dénonce le morcellement prémédité du projet Universalis Park visant qu'à ne montrer qu’une infime partie des modifications qui seront prévues. Cette vision tronquée empêche les gens de se rendre compte du bouleversement que le projet Universalis Park va provoquer dans son entièreté. Il paraîtrait donc plus honnête de la part des promoteurs de regrouper toutes les demandes actuelles et futures dans un seul projet donnant une vue globale des projets parcellaires sur le campus de la Plaine.

Des problèmes similaires se posent en ce qui concerne la concomitance de différents projets de construction sur le campus de la Plaine et ses abords (boulevard du Triomphe): CHIREC, résidence Eckelmans, Faculté des Sciences appliqués, projets de construction de la VUB. Ces problèmes ont été développés dans chacune des rubriques.

Par ailleurs le projet Universalis Park ne respecte pas l’affectation du site puisqu’il prévoit des logements privatifs et des commerces alors que dans le Plan Régional d'Affectation du Sol, la Plaine a été enregistrée comme "Zone d'Equipement d'Intérêt Collectif ou de Service Public".

 

Conclusion

 

Au vu de l’analyse du dossier disponible à la consultation à la commune, je ne peux que marquer mon désaccord avec le projet envisagé. Le projet présente donc un nombre important, et largement minimisé ou ignoré d’incidences négatives, sur le cadre urbain et environnemental existant, notamment du point de vue de la mobilité, de la mixité et de la conservation de la nature et du maillage vert de la Région bruxelloise. De plus, outre son nom ('Universalis'), le projet ne tient nullement compte de la vocation première du site, à savoir celle de l’enseignement et la recherche universitaires.

 

Je vous demande dès lors à la Commission de concertation de remettre un avis défavorable sur ce projet afin qu'il soit entièrement revu et repensé. Nous comprenons bien les objectifs des promoteurs mais il nous semble plus judicieux de se concerter ensemble afin de porter un projet viable à long terme, aussi bien au niveau social qu'au niveau écologique. Notre belle capitale est actuellement malmenée de toutes parts et il est aujourd'hui indispensable que les citoyens et les décideurs s'allient pour répondre aux problèmes d'aménagement du territoire, tout en protégeant ce qui reste de naturel à Bruxelles.

 

En vous remerciant d'avance pour l'attention que vous accorderez à la présente, je vous prie d'agréer, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Echevins, l'expression de mes salutations distinguées.

 

Prise de parole lors de la reunion de la Commission de concertation:

 

  Je souhaite être entendu(e) par la Commission de concertation du 19 juin 2013 pour faire valoir ma position par rapport au projet de construction

 

 Je ne souhaite pas être entendu(e) par la Commission de concertation

 

Nom........................................................................................................................

Adresse.............................................................................................

Numéro de téléphone ou mail.........................................................................................................

Date et signature.................................................................................................